Comment fixer le juste prix de ses oeuvres ?

Je vais parler ici d’un sujet qui tracasse plusieurs artistes qui débutent leur carrière.

Lorsque vous avez vos œuvres représentées par une galerie d’art, c’est souvent cette dernière qui gère le prix de vos toiles. Je développerai donc sur ce sujet un peu plus loin dans cet article.

Mais si vous n’êtes pas représentés par une galerie d’art, voici quelques trucs qui pourraient vous être utiles pour trouver le barème de prix qui sera convenable et honnête pour vous et pour tous vos clients potentiels.

o-LOOKING-AT-ART-facebook

Premièrement, il faut tenir compte d’une règle générale; dans le monde des arts, les prix sont la plupart du temps en fonction de la dimension des œuvres et du médium utilisé pour les concevoir.

Pour les œuvres en 2 dimensions, les peintures à huile ont la plus grosse cote de prix, suivies par l’acrylique et les œuvres sur papier (aquarelle, pastel, fusain, crayons de couleur, graphite). Une peinture se vend généralement plus cher qu’un croquis sur papier. Ce n’est pas toujours le cas mais les œuvres encadrées sous vitre sont plus difficiles à vendre dans le marché des galeries commerciales. Les acheteurs qui visitent les galeries d’art sont souvent des touristes de passage et préfèrent acheter une œuvre (une toile par exemple) qui se roulera dans leur bagage.

Les encadrements sous vitre, de moyens et grands formats sont plus difficiles à apporter dans les valises. Mais aujourd’hui, la plupart des galeries offrent un service de livraison par courrier pour les clients qui achètent des toiles ou des dessins. Alors il ne faut pas se décourager si nous préférons créer des dessins aux crayons de couleur ! Il y a de la place pour tous les médiums dans le marché de l’art !

Pour arriver à bien fixer le prix de vos dessins, de vos peintures et de vos croquis, vous devez bien comprendre le fonctionnement du marché de l’art dans lequel vous évoluez.

Les choses sont bien différentes si vous avez votre propre clientèle ou si vous êtes représentés en galerie ou encore, si vous avez un agent. Afin d’effectuer une bonne analyse de votre situation, vous devez tenir compte de la qualité de votre travail en fonction de celle des autres artistes vous entourant.

C’est toujours bien stimulant de voir ce que les autres créent et cela vous permet aussi de poser des questions et d’échanger avec vos pairs sur le milieu des arts. De cette façon, vous avez une meilleure vue d’ensemble de l’effervescence créative qui se passe autour de vous. Aussi, vous devez évaluer vos accomplissements artistiques et voir comment ces derniers peuvent vous faire avancer dans votre carrière professionnelle.

Plus vous êtes conscients de ce que les galeries d’art, les centres culturels, les musées et les symposiums exposent et vendent dans votre région, plus vous pourrez mettre des prix justes et vous serez préparés à toutes possibilités. Une chose que j’ai apprise avec les années, c’est qu’il ne faut pas mélanger les émotions et les affaires.

Même si vous avez passé d’innombrables heures sur un dessin et que vous affectionnez celui-ci particulièrement, il ne faut pas monter le prix de cette oeuvre injustement (surtout en comparaison avec l’ensemble de vos œuvres). J’ai vu cette manoeuvre répétée de nombreuses fois par plusieurs artistes.

J’ai vu le même problème survenir encore plus souvent dans le sens inverse : des artistes qui vendent très peu cher les œuvres dont ils ne sont pas fiers ou qu’ils n’aiment pas particulièrement. Vous devez rester constants dans vos prix peu importe l’œuvre. Si vous éprouvez une trop grande affection ou un mépris pour l’une de vos toiles, il vaut mieux la retirer de votre marché de vente. Attendez, prenez un peu de temps pour y réfléchir. L’artiste n’est pas toujours la meilleure personne pour juger de son propre travail. Parfois, il faut prendre un peu de recul pour évaluer le travail qui a été créé.

Si vous êtes un débutant ou encore si vous êtes un artiste qui n’a pas encore vendu de ses œuvres, vous devez trouver un barème de prix en fonction de plusieurs facteurs. Estimer le temps que vous passez pour chaque tableau est une chose importante à considérer. Vous devez évaluer les dimensions de vos œuvres et calculer le matériel que vous avez acheté pour l’exécution de votre production. Il faut au minimum que vous remboursiez vos frais liés à l’achat du matériel artistique. Il y a aussi un autre facteur à considérer ; si un artiste fait 200 tableaux par année versus 10 tableaux par année, évidemment le prix ne sera pas le même pour le travail. Si l’œuvre est encadrée, vous pouvez ajouter le prix de l’encadrement au montant total.

N’oubliez pas de tenir compte du marché réaliste dans lequel vous vous situez. Vous pouvez vous aider en regardant le travail des autres artistes qui font à peu près le même genre de travail que le vôtre. Vous pouvez aussi visiter les galeries d’art ou encore effectuer une recherche sur internet. Vous pourrez ainsi voir ce qui se passe comme efflorescence artistique dans votre région. Par exemple, j’ai remarqué que les artistes les plus constants et les plus justes dans leur prix sont ceux qui vendent le plus dans mon entourage. Tout dépend si vous désirez vendre 5 tableaux par année ou en vendre 50 ! Selon certains médias, seulement 2% des acheteurs réguliers dans le monde de l’art canadien, achètent des œuvres de plus de 1000$. Il est donc tout à fait normal de commencer au bas de l’échelle avec des prix raisonnables et de les monter au fil des années que l’on soit dans une galerie commerciale ou non.

Aussi, il y a plusieurs façons de trouver un barème de prix pour vendre ses oeuvres mais la plus répandue et la plus simple est de vendre son art au pouce carré.

C’est-à-dire que l’œuvre augmentera de prix graduellement selon le format. Il ne devrait pas y avoir d’écart majeur entre les grandeurs. Le prix est exponentiel et régulier selon la dimension. Vous devez être constant dans vos prix et cela vaut pour tous vos clients. Vous ne pouvez pas vendre une pièce de format 16×20 au montant de 700$ et soudain vendre le même format (du même médium) au montant de 450$ à un autre client. Cela serait vu comme un geste irrespectueux envers votre clientèle et surtout pour le client qui a payé le plein prix pour l’une de vos toiles.

Je vous rappelle souvent de comparer votre travail à d’autres artistes pour trouver votre juste prix.

Lors de vos observations, il ne faut pas oublier de tenir compte des facteurs suivants: si l’artiste est représenté en galerie, s’il est collectionné par des entreprises ou des collectionneurs, depuis combien de temps il est actif dans le milieu, s’il a reçu des reconnaissances par le milieu et/ou par ses pairs, s’il est membre et reconnu par des associations artistiques et ainsi de suite.

Tous ces éléments justifient la cote de chaque artiste. Il faut pouvoir évaluer tous ces facteurs dans votre propre carrière. Évidemment, sans cela, tous les artistes vendraient très chers leurs peintures !

Vous pouvez augmenter vos prix à l’occasion. Surtout lorsque vous vivez du succès et que vous vendez beaucoup. Vous pouvez augmenter vos prix graduellement chaque année ou à chaque période de grandes réussites. Vous devez pouvoir justifier cette hausse en mentionnant des faits. Par exemple, votre expérience acquise, les nombreuses ventes que vous avez faites, les prix gagnés lors de festivals, de symposiums ou d’expositions-concours d’envergures !

Préparez de la documentation concernant votre démarche artistique, votre biographie, une liste des œuvres que vous avez déjà vendues. Préparez des certificats d’authenticités pour chacune de vos toiles. Vous aurez ainsi une attitude très professionnelle et vous mettrez en confiance vos clients.

Une autre chose importante ; si vous montez trop rapidement vos prix, vous allez vous retrouvez dans une position où vous ne pourrez plus monter de barème de prix et vous aurez beaucoup moins de clients qui achèteront vos œuvres.

Si vous exposez 10 tableaux à 1000$, il y a une grande probabilité pour que vous en vendiez la moitié. Mais si vous avez 10 tableaux à 500$, les chances que vous vendiez les 10 augmenteront. C’est une réalité, l’ensemble du marché de l’art vit des moments plus difficiles ces jours-ci (et depuis quelques années d’ailleurs). Enfin, si vous n’avez pas encore vendu de vos œuvres, je vous dirai ceci : partez avec un prix raisonnable que vous croyez honnête pour le travail proposé (en tenant compte du matériel et de la dimension).

Vous pouvez aussi avoir une liste de prix différents pour vos toiles principales et pour vos croquis.

Ces derniers se vendent moins chers et de nombreux collectionneurs achètent les croquis d’artistes. Vous pouvez aussi avoir une liste de prix pour les commandes spéciales. Surtout si vous faites du portrait sur demande, les prix peuvent différer de vos prix réguliers. Vous avez aussi la possibilité de créer des reproductions limitées de votre art. Elles se vendent moins chers et sont abordables pour tous les clients potentiels qui voudraient se procurer de vos œuvres. La clientèle ou les collectionneurs qui achèteront votre art, seront souvent des clients fidèles tout au long de votre carrière.

Si vous êtes représentés par une galerie d’art, en général c’est souvent cette dernière qui vous proposera une cote de prix. Les galeries peuvent prendre de 40 à 70% de vos gains pour chaque tableau vendu. Oui, nous pouvons débattre longuement sur le sujet. À savoir si les galeries prennent trop de profits. Ceci pourrait faire l’état d’un autre article ! Mais je vous dirais ceci sur le sujet ; les galeries ont souvent pignon sur rue, elles ont la plupart du temps une clientèle bien établie, elles paient les encadrements de vos œuvres, elles paient souvent de 50 à 100% de la publicité pour promouvoir votre exposition ou pour annoncer vos œuvres en galerie…Ce sont des éléments qui sont très intéressants. Elles font habituellement le maximum pour bien vous représenter. Chaque galerie a son propre fonctionnement et il est important de bien «magasiner» la galerie d’art où vous désirez exposer.

Vous pouvez aussi montrer votre travail dans des symposiums annuels, proposer vos projets d’exposition dans les centres culturels et/ou les centres d’artistes autogérés. C’est un circuit artistique bien différent des galeries d’art mais qui convient à un grand lot d’artiste. Vous pouvez aussi ouvrir votre atelier tous les six mois pour vos clients et créer un vernissage pour promouvoir vos œuvres.

Source: Société du crayon de couleur du canada ( SCCC)

Étiquettes :
, ,
Art X Terra
info@artxterra.com
4 Commentaires
  • Guillaume dion
    Posted at 03:56h, 17 janvier Répondre

    Peinture rare veut qu’elle soit evaluer

  • Christian Desrochers
    Posted at 03:14h, 22 février Répondre

    Frédéric Régelé 1918

  • Sylvie Fortier
    Posted at 23:03h, 09 avril Répondre

    Bonjour,

    J’étais présente à la formation du dimanche 9 avril. Qu’elle est le site pour fixer les prix sur nos oeuvre?

    • admin
      Posted at 00:59h, 16 mai Répondre

      Bonsoir Mme Fortier,
      je vous invite à poser votre question par courriel à info@artxterra.com
      Le formateur pourra vous répondre.
      Merci

Post A Comment