L’harmonie des compositions de Patricia Copeland

« Souvent c’est un élan du cœur tout simplement, que je laisse couler sur ma toile, en y déposant l’émotion du moment où une forme de liberté m’envahit et me transporte dans ce besoin de création qui me semble inépuisable. » – Patricia Copeland

Biographie de l'artiste

Artiste franco-canadienne, Patricia Copeland naît en France et émigre au Canada à l’âge de 6 ans. Elle passe une grande partie de sa jeunesse dans les Cantons de l’Est pour finalement s’installer à Québec en 1993, pendant plus de 20 ans. Depuis 2014, elle demeure à Montréal.

On décrit l’artiste comme une grande passionnée, curieuse de tout, aimant la découverte, rêveuse d’un monde meilleur, dynamique et pleine d’imagination.

Dans ses coups de cœur : Définitivement les voyages! Pour l’ouverture qu’ils apportent sur le monde et pour les découvertes incroyables autant au niveau des paysages, de la faune et de la flore que des moeurs et des coutumes. Un émerveillement chaque fois renouvelé à découvrir de nouvelles architectures, de nouvelles villes, calmes ou trépidantes avec chacunes leurs propres différences (modernes, avant-gardistes, conservatrices ou sous-développées). Á chaque destination son lot d’artistes, de musées, de spectacles et de traditions.

Ses intérêts sont surtout axés sur la peinture évidemment, mais aussi la photographie, la décoration, le fusain, l’écriture et la musique.

La vie professionnelle de Patricia Copeland gravite depuis toujours dans les médias : journaux, radios, télévision et magazines. C’est surtout depuis 2010 qu’elle trouve dans la peinture un refuge et un plaisir immense à laisser émerger ce processus créatif: une façon de s’exprimer, de s’extérioriser, et surtout de rêver et de se laisser aller. Son approche est spontanée, laissant place à l’émotion du moment présent.

En savoir plus

On retrouve ses toiles chez plusieurs personnalités de Québec, Montréal, New York, des gens connus du milieu des affaires et des médias ainsi que plusieurs aux États-Unis, Porto Rico, et en Europe.

No Comments

Post A Comment