S’isoler pour mieux créer

Par Marie-Eve Roy, collaboratrice sur le blog Art X Terra

J’étais en train de jaser avec une artiste à la virée des Ateliers de Montréal quand l’idée de vouloir vivre une expérience de retraite artistique m’est venue. Cette artiste peintre m’a raconté qu’à chaque année elle partait pendant un mois à Barcelone, elle louait un appartement et chaque jour elle peignait. Je m’imaginais à sa place et un sentiment de jalousie m’a envahi systématiquement! Ahhhh c’était bien beau de rêver, car avec mon quotidien familial et mon budget plus que limité, c’était clair que ce genre d’aventure ne m’était pas destinée…!

Par contre, tranquillement, l’idée de vivre une expérience artistique en dehors de mon quotidien a fait son bout de chemin. Ayant à planifier des vacances (cette année-là mon conjoint devait partir en France avec notre fille et je commençais de mon côté à me planifier des vacances en solo), j’ai commencé par chercher sur le web des retraites artistique planifiées. J’ai vu qu’il en existait en Gaspésie, un peu comme un voyage avec hébergement avec des cours de peinture en plus, j’ai aussi trouvé des formations artistiques intensives d’une semaine à Montréal et c’est à ce moment-là que le déclic est survenu: Tout ça était bien beau, mais trop cher pour mon budget alors je me suis dit: »pourquoi ne pas m’organiser MA propre retraite? »

Je n’avais besoin de personne pour me planifier des cours de peinture, je pouvais m’organiser toute seule, un peu comme cette artiste qui louait un appartement à Barcelone! Je ne pouvais pas partir en Europe et aussi longtemps, mais le chalet de mes parents ferait très bien l’affaire!

C’est donc ainsi (4 ans et 3 retraites artistiques plus tard) que je suis tombée accro à ce type de ressourcement!

Mon plan était le suivant: j’allais partir pendant 4 jours consécutifs au chalet (Lac Brome) avec ma peinture, mon appareil photo, ma musique et mon journal d’écriture. Vous pouvez cliquer sur mon article précédent pour plus de détails sur mon rituel d’écriture de pages du matin.

Je dois vous avouer qu’avant de partir pour la première fois j’avais un peu peur, pour moi qui étais toujours en famille et pratiquement jamais toute seule,  partir pour un séjour sans personne fut tout un défi ! Eh bien vous savez quoi? J’ai ADORÉ !!! Le calme, la tranquillité et des journées entières pour créer: P-U-R bonheur !

J’ai un travail de bureau à temps partiel (trois jours par semaine) et je me réserve les deux autres jours pour créer et travailler sur mes projets artistiques, mais en réalité je  réussis à peindre seulement quelques heures par semaine. Mes fins de semaine sont dédiées à la famille et aux tâches ménagères. J’aime passer du temps avec mes enfants et avec les imprévus que la vie familiale me réserve, j’empiète malheureusement trop souvent sur les heures que je m’étais réservée pour créer…

Le fait d’avoir mon atelier à la maison comporte beaucoup d’avantages (surtout avec les enfants en bas âge) par contre, je dérive trop souvent de mes objectifs artistiques pour exécuter des tâches ménagères. Heureusement, au fil du temps j’ai réussi à développer des stratégies et à m’organiser pour que mes projets avancent mieux. Le fameux  »lâcher prise » sur le ménage en fait partie, mais mes retraites artistiques sont ce qui fait avancer le plus!

En arrivant sur place, je me retrouve seule, loin de mes obligations et de la pression de devoir créer rapidement.  L’inspiration vient alors plus facilement et le calme me permet de clarifier mes idées.

J’écoutais une entrevue à Radio Canada sur l’inspiration et l’écriture la semaine dernière dans ma voiture. Parmi les auteurs, compositeurs et interprètes invités, il y avait Pierre Flynn qui a affirmé ceci;  »Je suis incapable d’écrire en tournée. Je dois m’isoler complètement pour écrire, par exemple, dans une chambre d’hôtel ou au chalet d’un ami. Je dois être seul et faire le silence total. »

Je me suis tellement reconnue, je pense que l’environnement est essentiel pour la création et c’est difficile de rendre celui-ci favorable lorsque l’on ne dispose que d’un bref moment dans la journée.

J’en suis maintenant à ma troisième retraite et j’ai fait quelques constats : 

  • J’apporte TOUJOURS trop de matériel, mais je manque toujours de quelque chose rendue là-bas…Bref il y a place à l’amélioration dans la planification de mes bagages.
  • Je me mets des objectifs trop hauts ! en plus de m’apporter trop de matériel, je dois imaginer que mes journées ont 75 heures là-bas, car bien souvent je n’arrive pas à faire plus que la moitié des projets que je m’étais apportés !
  • Paradoxalement au point précédent, je réussis à faire des choses que je n’ai jamais le temps de faire au quotidien: nettoyer mes vieux pots de peinture, faire le tri dans mon matériel, lire des articles de magazines que je m’étais mis de côté depuis 2-3 ans, tester des produits de peinture que j’avais reçus en échantillon depuis belle lurette, etc.
  • Quand je reviens je me sens plus légère, zen et je suis contente de retrouver ma famille, mais je pense déjà à planifier la prochaine haha!

Je vous vois déjà vous dire que ce n’est pas possible pour vous de vous planifier une retraite comme ça car vous n’avez pas de chalet, vous avez un budget limité, etc. Si jamais c’est le cas, je pense que le plus important est de se prioriser un peu. Se planifier du temps pour soi et à l’avance. Booker la gardienne et les jours off au travail, et regarder les possibilités…Sur le site airbnb par exemple on peut se louer un studio, un appartement ou même un chalet pour pas trop cher si en plus on est en basse saison. On peut aussi songer à un ami ou à la famille qui pourrait nous héberger ou faire un échange de maison/ appartement si vraiment on n’a pas de budget.

Je vois les retraites artistiques comme un moment pour soi et un moment pour créer. Par contre, le ressourcement et le plein d’inspiration peut aussi se faire d’une autre façon, par exemple je pourrais décider de partir faire du couchsurfing (gratuit) à New York. Dans la journée je me paierais un endroit pour créer ou une petite formation et je visiterais des galeries d’arts pendant le séjour !

Ahhh ça me donne envie de repartir !!! Et vous de quelle manière faites-vous votre ressourcement ?

Par Marie-Eve Roy, collaboratrice sur le blog Art X Terra

Née en 1980, Marie-Eve Roy est une artiste multidisciplinaire émergente qui se passionne pour les arts visuels. À partir de collections d’images et de couleurs acrylique, elle peint, colle et exprime sa joie de vivre avec ses œuvres qui rappellent souvenirs de voyages et vision de ce monde perplexe et magnifique. Située à Mont Saint-Hilaire, elle concentre son travail sur le mixed media, l’art abstrait et la photographie.

Vous avez une bonne plume et aimeriez partager votre expérience avec d’autres artistes?

Art X Terra
info@artxterra.com
2 Commentaires
  • Alain Lemire
    Posted at 22:47h, 05 novembre Répondre

    Combien de temps dure une de tes retraites Marie-Eve?

  • Marie-Eve Roy
    Posted at 17:00h, 04 décembre Répondre

    Allo Alain ! désolé pour le délai de réponse, en général je pars 4 ou 5 jours. Pour moi c’est le minimum, car la première et la dernière journée sont moins créatives, donc si je veux que ça soit bénéfique c’est suffisant, j’aimerais partir plus longtemps, mais c’est difficile avec les enfants de me libérer plus que ça pour le moment 😉 Est-ce que tu pars en retraite toi aussi ?

Post A Comment